La petite histoire du romarin

romarin 2

La petite histoire du mois de Paris Côté jardin…l’Officiel (depuis 1984)

La_marquis et le chateau en icone

L’herbe aux troubadours, l’herbe aux couronnes, la rose de mer.

Elle vient d’ouvrir ses effluves au soleil de l’hiver… Et c’est, malgré la douceur du temps, tout à fait de saison. Le romarin fleurit avec la nouvelle année et je ne pouvais mieux faire que de choisir cette plante discrète dont la fleur étonnante aux couleurs changeantes embaume l’année naissante pour vous souhaiter d’y retrouver tous les bienfaits, les bonheurs, les merveilles que le romarin transporte depuis des siècles…. Déjà les grecs connaissaient ses immenses vertus et les sages, les penseurs, les philosophes ceignaient leurs têtes d’un rameau de romarin.

Antistress, anti fatigue, antibactérien, antiseptique, antioxydant, stimulant de la mémoire et de l’activité cérébrale, il lutte contre la fatigue et contre l’insomnie !

Mais l’histoire est surtout marquée dès le XIVe siècle, par le premier parfum à base alcoolique : l’eau de la Reine de Hongrie, essentiellement composée à partir de cette plante. Considérée alors comme une véritable eau de jouvence, elle permit à Elisabeth de Pologne de soigner sa paralysie puis de séduire et d’épouser le roi de Hongrie. Toute sa vie elle utilisa les bienfaits de ce parfum qu’un ange lui aurait apporté.

Très utilisé à la cour de Charles V, de Louis XIV, ce parfum, qui fut celui de Mme de Sévigné et de Mme de Maintenon est toujours concocté par Fabergé, mais pour les hommes. Souvenez vous, non loin des Halles, de cet étonnant passage privé « de la Reine de Hongrie » où cette histoire vous fut naguère contée…..

Que cette année qui s’ouvre au soleil du romarin vous soit une nouvelle jouvence toute emplie des bienfaits de cette eau précieuse, angélique et florale.

 

Ce contenu a été publié dans Les aromatiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.